Voir ce répertoire pour la version SVG de la brochure.

Présentation du projet

Résumé du projet

Le Réseau Koumbit est un organisme sans but lucratif, institué à Montréal en mars 2004. Koumbit regroupe une vingtaine de membres, travailleurs spécialisés dans le domaine de l'hébergement web, des technologies de l'information, du design graphique et du développement de logiciels. Koumbit offre des services informatiques et favorise l'appropriation du logiciel libre et des technologies de l'information par une clientèle composée principalement d'organismes associatifs et communautaires de la société québécoise. L'organisme est né en 2004 pour institutionnaliser l'hébergement et la gestion du site web du Centre des Médias Alternatifs du Québec (http://www.cmaq.net/), ainsi que d'autres sites d'organismes jusque là hébergés bénévolement. Aujourd'hui, Koumbit héberge de nombreux organismes, la plupart impliqués dans l'économie sociale au Québec.

Au mois de novembre 2005, Koumbit fait ses débuts officiels avec son assemblée générale de fondation. L'année fiscale 2004-2005 se clôturait avec un flux monétaire entrant de 50 000 $, 2005-2006, elle, se clôturait autour de 100 000 $.

L'expertise de Koumbit en ce qui concerne le travail en réseau, ainsi que son usage de logiciels libres et de standards ouverts – tant pour ses communications internes que pour ses outils de production et d'administration – en font un organisme compétent pour le monde communautaire et le secteur de l'économie sociale.

Dès 2007, Koumbit offre une variété de services. Les contrats de conception de sites Web, les forfaits d'hébergement, la colocation de serveurs, la consultation, les mandats d'administration de systèmes informatiques et la formation aux usagers sont aujourd'hui les principales sources de revenus pour quatre employés permanents et une bonne dizaine de travailleurs autonomes. Durant la même année, Koumbit installe un premier bureau dans un appartement au coin de Crémazie et St-Denis. Ce lieu de travail, disponible 4 jours par semaine, nous permet de normaliser et de consolider nos pratiques de travail.

L'évolution du projet démontre qu'il est viable tant sur le plan social qu'économique.

Contexte

L'informatique communautaire a émergé au début des années 1980 aux États-Unis avec le développement des premiers micro-ordinateurs. Ces groupes cherchaient à faire ressortir les conditions qui permettraient que l'informatisation ne soit pas réservée qu'aux populations déjà privilégiées. Ces groupes réalisaient aussi un travail systématique afin de permettre l'appropriation sociale des technologies de l'information par les couches de la population plus défavorisées. Au Québec, l'informatisation des groupes communautaires débute au cours de la deuxième moitié de la décennie 1980, mais comme un peu partout ailleurs, Internet ne rejoint ces groupes qu'à partir des années 1990. En 1994, on ne compte que quelques fournisseurs d'accès Internet à Montréal, dont seul Communication Accessibles Montréal (CAM) est un organisme sans but lucratif. À la même période, d'autres groupes, comme La Puce Communautaire (http://www.puce.qc.ca/) et Communautique (http://www.communautique.qc.ca/) sont nés en se dotant d'une mission reliée à l'accès des plus défavorisés aux TIC. En offrant un soutien technique et des formations adéquates, ces groupes cherchent à lutter contre l'exclusion numérique et permettre aux plus démunis de s'approprier les technologies de l'information au même titre que le reste de la population.

Parallèlement au mouvement de l'informatique communautaire, le mouvement du logiciel libre a émergé au cours des années 1980, en réaction à l'appropriation du code source des logiciels dictée par les grandes compagnies oeuvrant en informatique. Le logiciel libre se réfère à un type de logiciel dont la caractéristique est de pouvoir être librement modifié, copié, étudié et redistribué. Bien plus qu'une réplique « gratuite » des programmes logiciels propriétaires, c'est un nouveau paradigme informatique qui remet en question la propriété intellectuelle et propose un modèle de développement et d'affaire plus horizontal et coopératif. Ce mouvement a produit de nombreuses innovations originales, comme le système GNU/Linux, ou des logiciels sociaux tels que les wikis ou les blogues. Avec pour résultat qu'en mai 2006, le chef de la direction de Microsoft, Steve Ballmer, a déclaré que les principaux concurrents de sa firme étaient maintenant les logiciels à code source ouvert tels que Linux et les modèles d’affaires alternatifs qui les soutiennent. 1

Au Québec comme ailleurs, les groupes communautaires n'ont pris contact qu'assez récemment avec les logiciels libres, au moment où leur utilisation est devenue suffisamment aisée pour être accessible aux néophytes. Dans un récent rapport publié par le Tactical Technology Collective (TTC) 2, on constate que depuis quelques années, le logiciel libre est de plus en plus reconnu comme une solution rentable et pratique pour répondre aux besoins des organismes sociaux. On note par contre la difficulté pour les informaticiens à faire, seuls, la promotion du logiciel libre dans ce milieu.

Il est donc impératif qu'émergent des organisations dont le but est de développer des ressources et des expertises technologiques liées aux secteurs social et culturel, et qui soient en mesure d'élargir les bases du logiciel libre et de favoriser son adoption à plus grande échelle.

Utilité sociale du projet

La contribution sociale de Koumbit peut être envisagée par rapport aux deux volets de notre mission, soit l'appropriation des technologies de l'information dans les milieux sociaux, communautaires et culturels; et la création d'un environnement de travail favorable pour les travailleurs des TIC engagés socialement.

Technologies de l'information et des communications (TIC)

Koumbit a une vision des logiciels et de leur utilisation qui dépasse leur seul impact économique et technologique. Par l'utilisation de logiciels libres, Koumbit cherche à garantir à ses membres et à ses clients une plus grande liberté via une culture, qui est en pratique une plus grande indépendance face à leur fournisseurs de solutions technologiques. Koumbit souhaite également aider à démystifier les technologies de l'information auprès de ses membres et clients, en dispensant 1) une documentation constante sur son wiki et son site web, 2) des services personnalisés à la demande, 3) des formations ponctuelles, qui rassemblent à la fois des membres et des clients 4) en visant à instaurer un forum d'entraide entre membres. Ces quatre niveaux d'intervention visent à rendre les usagers des TIC de plus en plus autonomes face à celles-ci.

Logiciel libre

Koumbit a à coeur les 4 libertés du logiciel libre et les défend par leur application dans tous les logiciels déployés par l'organisme. Il s'engage également à utiliser, autant que possible, des logiciels libres au sein de l'organisme lui-même.

Koumbit participe et soutient le mouvement du logiciel libre. Nous voulons que le logiciel libre soit une option pratiquement et économiquement viable. Le bénéfice social lié à cette cause est souvent mal compris: mais il est pourtant d'une importance singulière. En effet, parmi les enjeux liés au logiciel libre, on retrouve: 1) la défense des libertés; 2) une meilleure diffusion du savoir et 3) un modèle économique plus juste.

Défense des libertés

Le logiciel libre se définit par l'énoncé de quatre libertés. Le logiciel doit respecter ces quatre libertés pour être libre.

  1. La liberté d'exécuter le logiciel dans n'importe quel but.
  2. La liberté d'étudier comment le logiciel fonctionne et de l'adapter à ses propres besoins.
  3. La liberté de faire des copies du logiciel et de les distribuer.
  4. La liberté de modifier le logiciel et de publier la version modifiée.

Voir http://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html pour plus de détails sur ces quatre libertés fondamentales.

Diffusion et partage du savoir

Le logiciel libre se développe dans un esprit collégial semblable à celui du milieu universitaire. On valorise le travail collaboratif et l'évaluation du travail par les pairs. L'intérêt du développeur est de diffuser le résultat de son travail, non seulement afin d'obtenir une reconnaissance mais aussi dans le but d'obtenir le soutien et les contributions de la communauté.

Koumbit prend le temps nécessaire à retourner à la communauté les améliorations apportées aux logiciels que l'organisme utilise. L'organisme s'efforce aussi de travailler en paires afin de s'assurer de la qualité du logiciel produit par le groupe.

Un modèle économique plus juste

Le logiciel libre favorise le client, car il encourage la réutilisation du travail déjà effectué (les innovations n'étant pas captées par des licences ou des brevets). L'argent investi par le client va donc vers l'amélioration du produit et vers une contribution à la connaissance universelle. Le milieu du libre offre déjà une plus grande diversité de produits, à des coûts moins élevés, tout en maintenant un haut niveau de qualité et de fiabilité. Par conséquent, le modèle libre est aussi celui qui s'adapte le mieux à la diversité culturelle.

Le logiciel libre favorise aussi le travailleur, car celui-ci peut évaluer et choisir les projets dans lesquels il veut s'impliquer. Tant le client que le travailleur sont encouragés à investir ce marché, sur des bases de dialogue et de collaboration.

Appropriation des TIC

Koumbit se préoccupe en premier lieu des besoins des OBNL communautaires, sociales et culturelles. Koumbit s'est donné comme mission de fournir des services informatiques propres à augmenter l'autonomisation technologique de ses membres.

Dans son offre de services, cela se traduit par un effort accru visant à ce que les clients aient une plus grande facilité à utiliser les TIC. Par conséquent, les contrats sont toujours négociés en donnant une grande place à la formation et à l'accomplissement de tâches par le client.

Koumbit a d'ailleurs mis en place un forum Internet, qui permet aux clients, membres et employés de s'entraider, et de forger du même coup une documentation publique de notre plateforme.

Milieu de travail solidaire et participatif

Koumbit ne recherche pas à générer de profits. Nous cherchons en premier lieu à donner des conditions salariales justes et équitables aux travailleurs. Koumbit désire aussi investir dans le développement des logiciels libres et la diffusion des connaissances. Koumbit redonne ainsi le fruit de ses activités à la communauté, en fournissant de nouveaux outils technologiques ouverts, ainsi qu'en formant des travailleurs dans un esprit collaboratif.

Koumbit est né du rassemblement de plusieurs travailleurs (programmeurs, intégrateurs web, graphistes, etc.) désireux de contribuer à une utilisation progressiste des technologies de l'information, mais aussi de sortir de l'isolement créé par le travail autonome tout en conservant un contrôle sur leur travail et sur les conditions dans lesquelles celui-ci est effectué. Le milieu de travail de Koumbit se veut donc un reflet des préoccupations politiques de ses membres : nos méthodes de travail cherchent à être équitables, démocratiques et participatives.

Koumbit regroupe une variété de gens impliqués à plusieurs niveaux: des personnes impliquées au jour le jour, pour qui Koumbit est leur principale occupation professionnelle; des contractuels mais également beaucoup de « satellites » participant de manière ponctuelle. La cohésion de ce groupe dépend de sa capacité à maintenir son momentum et son ambiance d'entraide et de partage de connaissances.

Forger un milieu de travail participatif permet non seulement de briser l'isolement des travailleurs, mais aussi de partager les coûts et les risques reliés à l'infrastructure technologique (outils logiciels de comptabilité, serveurs et documentation des activités qui constituent la base du travail au sein de Koumbit). Il est donc avantageux pour un travailleur autonome de rejoindre le Réseau Koumbit, afin de profiter des outils, du réseau de contacts et du travail disponibles, mais aussi pour partager sa propre expertise.

Au sein du collectif, les travailleurs ont, non seulement l'opportunité de s'ouvrir à des réflexions sur la vie démocratique, la collaboration, la solidarité et la gestion participative du travail, mais aussi une sécurité financière accrue.

Vie démocratique

S'il n'y a pas à proprement parler de hiérarchie entre individus, il en existe par contre une entre les différents comités. En effet, les grands aspects de la gestion, de l'entretien et de la construction de l'organisme sont répartis entre des comités au sein desquels les travailleurs sont incités à s'impliquer. Cette participation démocratique détermine en grande partie l'influence de chacun sur l'organisme. (Voir section "2.1 - Structure organisationnelle de Koumbit")

Nous visons à ce que tous les aspects de notre fonctionnement, y compris la distribution du travail et des ressources, se fasse de façon transparente.

Les travailleurs de Koumbit peuvent donc bâtir un environnement de travail qui corresponde à leurs valeurs, et collaborer activement à sa vie démocratique.

Équité et solidarité

Plutôt que de dépenser temps et énergie à acquérir ou maintenir une position hiérarchique, les travailleurs de Koumbit recherchent des façons créatives de travailler en collaboration, de manière équitable et solidaire. Nous sommes aussi très sensibles aux effets, positifs comme négatifs, de nos activités sur notre milieu.

Réflexion et partage sur l'efficacité de la gestion participative du travail

Nous identifions au moins deux pôles importants qui définissent ce que nous entendons par « efficacité ». Nous veillons toujours à ce que l'efficacité économique ne se fasse pas au détriment de l'efficacité sociale et démocratique, ces deux éléments étant très étroitement liés au sein d'un projet collectif comme Koumbit. Plus les travailleurs participent aux activités de l'organisation, plus ils détiennent d'influence dans les processus décisionels (tel que la création de travail, l'attribution des contrats et la formulation de politique de travail). Étant exposés aux opportunités générées par les activités de l'organisation et tirants des bénéfices financiers et sociaux, ils auront tendance à vouloir participer. Comme nous cherchons toujours a consolider la participation aux sein de l'organisation, cette rétroaction mène généralement à un cheminement : bénévole, pigiste, salarié.

Économiquement, cette approche a prouvé son efficacité en permettant d'augmenter significativement les heures payées. En payant les heures de participation bénévoles au fur et à mesure qu'elles s'avèrent régulières et incontournables, Koumbit solidifie et encourage les participants. Ceci est vérifiable par l'augmentation constante de l'extrant de Koumbit.

La gestion de Koumbit s'inspire du modèle économique ParEcon (de l'anglais participatory economics) développé par l'activiste Michael Albert et l'économiste Robin Hahnel. Un des aspects importants de ce modèle est la distribution équilibrée des tâches (balanced job complex). L'objectif de ce concept est de distribuer le travail de façon à équilibrer le pouvoir ou l'autorité obtenus par les individus dans l'exercice de leur fonctions. Koumbit s'intéresse aux "ensemble de tâches partagés" (balanced job complex), où chaque travailleur a un ensemble à peu près comparable de tâches et de type de tâches, en termes de désirabilité et valorisation. Nous voulons éviter toute concentration de l'autorité, et désirons que les tâches les moins gratifiantes ne soient pas le fardeau d'un seul membre.

L'économie participative est une idée relativement nouvelle, mais qui a déjà été mise en pratique avec succès par d'autres entreprises. Koumbit se veut un laboratoire et un lieu d'échanges sur les pratiques de gestion participative, particulièrement en ce qui concerne la distribution des tâches.

Présentation de Koumbit

Koumbit est incorporé au Québec sous le nom «Le Réseau Koumbit inc.» et accrédité comme organisme à but non lucratif.

Principe Fondateurs

Autogestion
Nous croyons à une plus grande autonomie des personnes et des groupes. Nous croyons qu'il est primordial pour les organismes et les individus de gérer eux-mêmes leur orientation, leur vie et leur autorité.
Espace pédagogique

Nous croyons que notre organisme ne doit pas être un simple espace de service mais doit également intégrer la formation continue des travailleurs autant que des membres aux nouvelles technologies mais aussi aux principes d'organisation participatifs tels que ParEcon ou les méthodes d'organisations horizontales.

Transparence
Nous croyons que les organismes doivent faire preuve de transparence envers leurs membres mais aussi envers la société. Aucun organisme n'évolue dans le vide et toutes nos actions ont des conséquences. Ainsi, il est primordial que le public puisse faire le suivi des actions et décisions des différents organismes qui composent la société. Nous croyons que le flux d'information émanant des organismes ne doit pas être bloqué mais doit être diffusé pour que les citoyens puissent prendre des décisions éclairées.
[http://www.gnu.org/copyleft/copyleft Copyleft] (logiciel libre et son extension)
Nous croyons au développement de logiciels libres et ouverts. Le logiciel libre, c'est une question de liberté: tout le monde devrait être libre d'utiliser un logiciel de toutes les façons socialement utiles. Un logiciel n'est pas comme un objet matériel (comme une chaise, un sandwich ou de l'essence) en ce sens qu'il peut être copié et modifié beaucoup plus facilement. Ces possibilités rendent le logiciel utile comme tel; nous croyons que les utilisateurs de logiciels doivent pouvoir se servir de ces possibilités.
Autosuffisance
Nous croyons que notre organisme doit s'autosuffire et ne pas dépendre exclusivement d'un gros client ou d'un état pour se financer. Nous cherchons toujours à diversifier nos sources de revenus et croyons au partenariat pour développer des liens de service durables et fonctionnels. De la même manière, nous offrons des solutions technologiques qui favorisent une prise en main des organisations par les gens qui y oeuvrent.
Solidarité
Nous croyons que notre organisme doit être solidaire aux autres, individus ou groupes et doit supporter les initiatives citoyennes et les laissés-pour-contre. Nous croyons aussi qu'un organisme doit se composer dans le support et le respect mutuel de ses membres et le support de leur intégrité et leur dignité. Nous croyons aussi que des sacrifices doivent être fait pour que l'organisme ne blesse pas l'humain et la nature dans son ensemble (Do no harm).
Équité et égalité
Nous croyons que tous doivent avoir la même chance non seulement à la ligne de départ, mais aussi durant la course. Nous cherchons à éliminer les disparités entre les individus et à compenser celles qui sont impossibles à éliminer.
ParEcon:Économie participative

Nous croyons à la rotation des tâches et à la répartition des ensembles des tâches, aux modes de décisions variables, à la participation des travailleurs à la définition du milieu de travail, à la participation des parties touchées par les services de l'organisme dans l'orientation de l'organisme, bref, nous nous inspirons fortement du modèle d'économie participative énoncé par Michael Albert.

Structure organisationnelle de Koumbit

http://wiki.koumbit.net/StructureDeKoumbit?action=AttachFile&do=get&target=KoumbitOrganigrammeCouleurs.png

L'organisme adopte une structure décentralisée qui cherche à favoriser l'autogestion et la participation.

Les trois principaux mécanismes mis en place sont :

Le membership

Les Règlements généraux et les Règlements internes de Koumbit prévoient trois types de membres.

Membre individuel

Peut être membre individuel de la corporation toute personne physique intéressée aux buts et aux activités de la corporation, et se conformant aux normes d'admission établies de temps à autre par résolution du Conseil d'administration, auquel le Conseil d'administration, sur demande à cette fin, accorde le statut de membre individuel. Les membres en règle ont le droit de participer à toutes les activités de la corporation, de recevoir les avis de convocation aux assemblées des membres, d'assister à ces assemblées et d'y voter. Ils sont éligibles comme administrateurs de la corporation.

Membre organisationnel

Peut être membre associé de l'organisme toute personne morale à mission sociale (OBNL, coopérative, syndicat, etc.), intéressée aux buts et aux activités de la corporation et se conformant aux normes d'admission établies de temps à autres par résolution du Conseil d'administration, auquel le conseil d'administration, sur demande à cette fin, accorde le statut de membre organisationnel. Le représentant d'un membre corporatif obtient les mêmes droits que les membres organisationnels.

Membre du Comité de travail

Les membres du Comité de travail sont des membres individuels qui travaillent au sein de l'organisme. Ils y ont un statut particulier qui leur permet d'avoir un impact plus direct sur les décisions qui les touchent individuellement et collectivement. Pour être membre du Comité de travail, un membre doit répondre aux critères suivants (tiré des Règlements internes):

  1. « Est membre du comité de travail la personne qui, au moment de la vérification (à chaque réunion de réflexion) :
    • a participé aux réunions d'au moins 2 comités dans les 2 derniers mois;
    • a participé aux réunions (au moins 2) de réflexion des 2 derniers mois;
    • a effectué au minimum 10 heures de travail par mois dans les 2 derniers mois (excluant les réunions).
  2. L'acceptation est confirmée par le comité d'embauche.
  3. La vérification des critères d'éligibilité est faite une fois par mois.
  4. N'est automatiquement plus membre la personne qui ne respecte pas les critères qui permettent d'être membre.
  5. Le Comité de travail peut faire des exceptions (certaines absences peuvent être justifiées).
  6. Pour les demandes d'acceptation, il faut que le point soit mis à l'ordre du jour avant la réunion.
  7. Suite à l'acceptation d'un membre, le CA peut renverser la décision.
  8. Lorsqu'un membre demande à devenir membre travailleur, le Comité de travail se réunit à huis-clos et discute jusqu'à ce qu'il y ait consensus. Éventuellement, il peut y avoir un vote. Le candidat ou la candidate est ensuite invité(e) à écouter la réponse du groupe.
  9. Pour les votes de rejet, le vote doit être annoncé par courriel directement à la personne concernée.
  10. Après une demande de rejet du Comité de travail, le CA doit avoir une entrevue avec la personne concernée avant d'entériner la décision.

Les exceptions consenties par le Comité de travail sont faites par ressource, selon les outils nécessaires à un pigiste (non-membre travailleur) pour accomplir un mandat.

Les comités

L'organisme fonctionne selon une structure démocratique décentralisée, où les décisions sont prises collectivement lors d'assemblées régulières. La structure décisionnelle est découpée en sous-comités du Comité de travail (voir plus bas) qui sont chargés de se pencher sur des problématiques précises. Il appartient au comité de travail de valider les décisions prises par les sous-comités, tout comme l'assemblée générale doit valider certaines décisions prises par le comité de travail.

Il existe deux types de comités : les comités permanents et les comités ad-hoc. Les comités permanents ont été formés lors d'une réunion de réflexion et sont relativement stables. Les comités ad-hoc ont une structure moins formelle et sont créés au besoin.

L'Assemblée générale

L'Assemblée générale des membres de Koumbit est souveraine et a le contrôle sur l'organisme.

Elle se fait au moins une fois par année.

Tous les membres de Koumbit y sont invités et y ont le droit de vote. Le Conseil d'administration y est élu.

Le Conseil d'administration (CA)

Mandat

Le conseil doit:

Le comité de travail

Le statut de membre du Comité de travail donne le droit de vote aux réunions de réflexion et de production régulières, et l'accès automatique aux outils d'information et de gestion. Il est accordé sur demande d'un membre régulier après une période probatoire de deux mois. Ceci donne au comité le temps de connaître la personne, et à la personne le temps de s'adapter. Il n'est toutefois pas obligatoire d'être membre du comité de travail pour pouvoir travailler pour Koumbit, pour participer aux réunions et aux autres comités, être membre régulier suffit. Au delà d'une participation minimale aux réunions ainsi que 20 heures de travail sur deux mois, les restrictions sont principalement humaines, basées sur la confiance, et la réputation au sein du collectif.

Intégration des travailleurs

Faciliter l'intégration est l'un des points critiques à la construction de Koumbit. L'ouverture du comité de travail, son sens de la participation démocratique et ses fondations dans le monde du libre le rendent organique et très humain. Les membres du Comité de travail sont conscients de la complexité de ce qu'ils construisent et tous les efforts sont faits pour favoriser l'intégration et la participation des nouveaux membres. Chaque mois, lors des réunions de réflexion, les règlements internes se précisent et se solidifient pour résoudre les conflits ou les problématiques soulevées par l'évolution du groupe.

L'arrivé d'un nouveau travailleur dans Koumbit n'est pas toujours facile. L'arrimage entre les besoins du collectifs, les demandes des projets en cours et les capacités et intérêts des nouveaux travailleurs pose un défi important. Généralement, c'est un mélange d'actions entre la "prise de possession" de l'organisme par le nouveau travailleur et les efforts des membres actuels qui mène à une entrée réussie dans l'organisation.

Tout Koumbitien est amené à se poser la question de sa place dans le collectif. C'est l'identification des tâches qui permet aux personnes intéressées de s'impliquer de manière modeste dans le collectif. La reconnaissance du travail effectué est d'une grande importance pour le collectif. La personne qui a assumé une tâche modeste, mais que personne ne voulait faire, se sent gratifiée et les autres (les « habitués ») se sentent soulagés.

Nous disposons cependant de quelques mécanismes afin d'éviter les problèmes causés par le manque de participation, notamment la révocation de statut de membre travailleur. Les membres du comité de travail dont la participation baisse sous un seuil minimum de 20 heures sur deux mois, est averti et voit son statut et ses permissions révoquées si aucune action corrective n'est prise. Cette diminution de participation mène également à une diminution de l'influence des travailleurs sur les décisions du Comité de travail, et le processus est proportionellement allégé.

Fonctionnement

Le Comité de travail est le principal comité et la première entité décisionnelle et constituante de Koumbit. La première mention de ce terme dans un procès verbal remonte au 19 février 2005, période durant laquelle des discussions avaient lieu pour officialiser la structure de l'organisation. Le comité a le pouvoir de changer les règlements internes, la constitution des autres comités ainsi que de voter des budgets, publier des offres d'emplois, etc. En quelque sorte, c'est le comité exécutif de Koumbit, l'équivalent du "directeur général" des structures traditionnelles. Le comité se réunit formellement tous les premiers mardis du mois, lors de réunions dites de «réflexion». Les réunions sont ouvertes au public, mais seuls les membres du Comité de travail y ont le droit de vote.

Les membres de Koumbit peuvent amener leurs requêtes à ces réunions et tout problème peut y être discuté. Lors des prises de décision, il se fait une recherche de consensus, avec un vote en cas d'échec du concensus.

Il y a un système de décision rapide qui permet à tout membre de faire une proposition par courriel à tout le groupe. Ces propositions prennent effet 48h ouvrables plus tard, pour vu que personne n'ai apposé son veto. Le veto d'un travail ne fait que reporter la proposition à la réunion de production ou de réflexion suivante. Ces propositions ne peuvent impliquer qu'un financement limité.

Ce comité est souverain sur tout les autres comités. Il peut renverser ou annuler leurs décisions. Il fait un rapport sur le fonctionnement de tous les sous-comités au Conseil d'Administration qui se réunit à chaque trimestre.

Autres comités

Tous ces comités se réunissent au moins une fois par mois. Ils rendent compte au comité de travail une fois par mois, lors de la journée de réflexion.

Comité de production
Le Comité de production a le mandat de suivre au jour le jour la bonne marche des contrats de Koumbit. Il se réunit une fois par semaine et a pour rôle de synchroniser les travailleurs de façon hebdomadaire, mais aussi de développer des stratégies de production à plus long terme. Il est composé des travailleurs de Koumbit, permanents ou non, et peut prendre toutes les décisions nécéssaires à la bonne réalisation des contrats ou du travail interne. Ce comité a les mêmes pouvoirs que le Comité de travail, cependant il est redevable à ce dernier, et toutes ses décisions peuvent être renversées par le Comité de travail.
Comité de communication et publicité
Le Comité de communication et publicité a comme mandat de s'occuper de tout ce qui concerne les communications de Koumbit. Ses tâches incluent entre autres la publication d'un bulletin d'information trimestriel; la rédaction des communiqués de presse; l'application des normes graphiques; la maintenance du site web et la mise à jour régulière du portfolio. Il est aussi responsable du développement et de la mise en oeuvre du plan de communication.
Comité d'embauche
Le mandat de ce comité est de créer, maintenir et faire respecter les critères de distribution de contrats, des critères d'embauche et de renvoi. Il est aussi responsable d'évaluer régulièrement les [Rôles] et les travailleurs. Il est constitué de membres travailleurs, de membres non travailleurs et de membres du CA. La durée des fonctions de chaque membre est d'un an, mais la moitié des membres sont élus à chaque six mois. Ce comité embauche, évalue et, en certain cas, renvoie les travailleurs. Cet organe est l'arbitre final (avant le conseil d'administration, du moins) des conflits émanant de l'embauche des travailleurs. Sa composition balancée permet d'éviter et de résoudre les conflits éventuels.
Comité de financement et R&D
Ce comité a pour rôle d'assurer une veille sur les différents projets disponibles auprès de bailleurs de fonds, d'assurer un suivi auprès des bailleurs de fonds sur les projets acceptés, d'élaborer et proposer au Comité de travail les différents budget relatifs à l'organisation, de développer des stratégies de recherche de subventions ainsi que d'appuyer la personne qui a le rôle de comptable. Ce comité se réunit au minimum une fois par mois, et fait un rapport au Comité de travail. Il évalue aussi les demandes de financements faites par les autres comités et informe le collectif de la faisabilité de ces investissements.
Comité de l'administration système
Le mandat de ce comité est d'assurer le bon fonctionnement des serveurs de Koumbit et du développement de son infrastructure technique.
Comité vie associative
Ce comité a pour mandat de réfléchir et de proposer au Comité de travail des solutions aux différents problèmes associatifs au sein de Koumbit. Il doit également veiller à faire respecter nos principes fondateurs et assurer la bonne communication entre les comités. Enfin, il propose des idées d'espaces et d'événements pédagogiques ainsi que des événements ayant pour but une meilleure cohésion du groupe.
Comités ad hoc
Le Comité de travail et le Comité de production peuvent créer des comités ad hoc pour traiter un dossier ponctuel.

Les rôles

Afin de favoriser les valeurs proches à l'organisme, Koumbit a choisi un modèle novateur pour attribuer ses tâches. Ce modèle s'inspire des «complexes de travail équilibrés» (balanced job complexes) de l'économie participative et tente de définir des postes non pas en fonction d'une spécialité, mais plutôt d'un ensemble de tâches qui sont réparties en termes de diversité, d'autonomisation (empowerment) et de désirabilité.

La mise en pratique de ce concept se fait, au sein de Koumbit, par l'attribution de rôles. Un rôle correspond à un ensemble de tâches. Il ne s'agit pas d'une «position» ou d'un «poste» car plusieurs personnes peuvent échanger un rôle, le partager ou le «jouer» au fil du temps. Un rôle est défini par une description des tâches incluses dans le rôle, et géré par l'allocation des ressources entourant ce rôle. Chaque rôle est décrit à partir d'une définition formelle et se voit attribuer un budget et des ressources humaines.

La personne qui se voit octroyé un rôle doit en assumer les responsabilités et reçoit un salaire pour son travail. En général, les comités ont comme antenne ou coordonnateur la personne qui détient le rôle pertinent à ce comité. Par exemple la personne qui coordonne le Comité d'administration des systèmes doit avoir un rôle d'administrateur de système.

Une personne peut aussi avoir plusieurs rôles, ou même faire certaines tâches d'un rôle sans forcément assumer tout le rôle. Ce système permet le partage des tâches et, par conséquent, le partage du savoir au sein du collectif. Il est important de noter ici qu'un des objectifs de Koumbit est de créer plusieurs postes salariés permanents (le plus possible, en fait), mais que cette idée de «poste» se traduit par des «rôles» au sein de notre organisme.

La mission de l’organisation et les activités actuelles

Koumbit s'est donné une double mission :

  1. Créer un espace d'entraide et de partage de ressources pour les travailleurs des technologies de l'information engagés socialement dans leur milieu.
  2. Favoriser l'appropriation de l'informatique libre et développer l'autonomie technologique des groupes sociaux québécois, en développant une plateforme informatique collective, en assurant un support à l'utilisation des logiciels libres.

Cette mission présente une forte cohérence interne : les travailleurs autonomes, en rassemblant leurs capacités, peuvent offrir des services plus importants et de meilleure qualité. Intéressés par le progrès social, il leur est naturel (et motivant) de travailler sur des projets destinés à des organismes aux valeurs similaires. En retour, il est naturel pour ces organimes de vouloir collaborer avec des fournisseurs qui partagent leurs valeurs.

Le projet Koumbit

Le secteur d'activité principal de Koumbit, les services informatiques reliés à Internet, est en pleine croissance. L'amélioration des logiciels, la baisse des coûts des serveurs et de la connectivité et la plus grande disponibilité de l'internet à haut débit dans un nombre croissant de foyers montréalais sont autant de facteurs qui expliquent cette croissance.

L'importance de l'Internet comme méthode de communication avec les citoyens continue à s'accroître, ce qui en fait un outil que les milieu associatif est de plus en plus privilégié. L'amélioration des logiciels est notable dans les capacités de collaboration et de publication : le courriel est devenu un outil de communication indispensable, le partage des calendriers est de plus en plus utilisé et les sites de publications dynamiques (blogues ou autres) sont de plus en plus courants.

Produits et services

Ressources humaines

En juin 2007, l'organisation comprenait 10 membres travailleurs actifs. Six (6) de ces membres ont un certain nombre d'heures qui leur sont payées régulièrement, comme travailleurs autonomes ou comme salariés.

Qualité des emplois

Tel qu'expliqué précédemment, Koumbit cherche à créer un milieu de travail solidaire et participatif. Les travailleurs de Koumbit prennent eux-même les décisions qui les affectent à travers les différents comités auxquels ils prennent part. Ce modèle non-hiérarchique favorise la participation, l'autogestion et la solidarité entre travailleurs.

En accord avec les principes de l'économie participative, tous les travailleurs (permanents et pigistes) sont maintenant rémunérés à un taux horaire unique de 21,50$, peu importe qu'il s'agisse d'un travail de coordination, de comptabilité, de marketing ou de développement web. Cette mesure est un des objectif que Koumbit s'était fixé pour l'année 2006-2007.

Conformément aux souhaits de plusieurs travailleurs et pour encourager leur participation à d'autres projets communautaires, Koumbit permet le travail à temps partiel comme à temps plein. Les travailleurs peuvent ainsi adopter un horaire variable, mais le travail permanent est de plus en plus favorisé afin de consolider le travail au siein du collectif.

Répartition des tâches

Tel qu'expliqué plus haut, les tâches à effectuer sont réparties en différents rôles. Cette approche permet de faciliter la création de postes diversifiés et équilibrés car les travailleurs de Koumbit assument généralement des tâches de plus d'un rôle à la fois.

Cette idée s'inspire du modèle d'ensemble de tâches balancées ("balanced job complex") mécanisme issu de l'économie participative qui s'assure que tous les travailleurs ont , sur une période de temps donnée, un ensemble équitable de tâches en terme de désirabilitéet de valorisation.

Formation de la main d'oeuvre

Au sein de Koumbit tout les travailleurs sont amenés à toucher des tâches de chaque rôle, ce qui fait que la formation, en interne, se fait de manière automatique ou naturelle. C'est un aspect très intéressant du développement du collectif. Les travailleurs sont portés à explorer des tâches auxquelles ils n'ont jamais été confrontés dans aucune autre entreprise. Participer à l'élaboration des projections financières peut être très gratifiant et valorisant pour un développeur de logiciel, un graphiste ou traducteur par exemple.

Voici une liste de formations qui envisagées dans l'avenir :

Formations administratives

Formations techniques

Certificats professionels

Voici une liste partielle des certificats ou membership que Koumbit pourrait acquérir :

Administration système

Partenariats

Depuis sa fondation, Koumbit a su tisser des liens avec des partenaires ayant des objectifs communs. Les partenariats consistent le plus souvent en des échanges de services et des collaborations sur des projets spécifiques. Koumbit est toujours à la recherche de nouveaux partenaires pour étendre et améliorer ses relations avec les autres groupes comunautaires mais aussi afin de créer un réseau économique parallèle en expérimentant l'économie participative directement. La section suivante décrit les partenaires actuels de Koumbit les plus importants.

Communautique
Communautique est un organisme à but non lucratif visant l'appropriation sociale et démocratique des technologies de l'information et de la communication oeuvrant pour les organismes communautaires et les populations à risque d'exclusion des technologies.
Alternatives
Alternatives, réseau d’action et de communication, est une organisation non gouvernementale de solidarité et de développement international fondée en 1994. Alternatives et Koumbit sont historiquement liés autour de la création du CMAQ, et depuis ce temps, les deux organisations ont collaboré pour la création de plusieurs projets et pour la maintenance de l'infrastructure d'Alternatives. Alternatives et un des principaux partenaire de Koumbit dans le domaine de la formation.
CMAQ

Le Centre des Médias Alternatifs du Québec se définit comme "un point de rencontre physique et une plate-forme virtuelle d'information indépendante et alternative." Le Centre est situé à l'adresse web http://www.cmaq.net/ et attire des milliers de visiteurs à tous les jours. Koumbit a une entente avec le CMAQ à l'effet que celui-ci lègue son serveur à Koumbit, en échange de quoi, Koumbit fourni de la bande passante au CMAQ ainsi que le maintien des logiciels gérant le site web.

FACIL

FACIL est un organisme à but non lucratif qui a pour objectif de favoriser «l'appropriation collective de l'informatique libre». La page d'accueil de l'organisme (http://facil.qc.ca/) clarifie ce concept:

  • « FACIL, pour: l'intégration dans nos vies d'outils informatiques respectueux de nos libertés.
  • l'appropriation collective: c'est être conscient et faire prendre conscience qu'une technologie n'est pas neutre, promouvoir qu'un outil n'est utile que s'il est partagé par tous contrairement à l'appropriation individuelle par une minorité.
  • de l'informatique libre: parce que ces technologies de traitement de l'information assurent à leurs utilisateurs égalité et liberté.»
  • Koumbit a organisé de nombreux événements en collaboration avec FACIL, notamment la Semaine québécoise de l'informatique libre. Plusieurs membres de Koumbit sont aussi membres de FACIL et certains ont fait parti de son conseil d'administration.

    Studio XX
    Le Studio XX est «un centre d’artiste féministe engagé dans l’exploration, la création et la critique en art technologique.»

    Le centre rejoint plusieurs des valeurs de l'organisme Koumbit: «Explorer, démystifier, donner accès, outiller, questionner, créer, telles sont les visées du Studio XX.»

    Le Studio XX a d'abord une relation comme client vis-à-vis de Koumbit, mais nous avons développé avec elles des liens étroits et nous avons déposé avec elles, à titre de partenaires, une demande de financement à Patrimoine Canada pour la mise en place d'un site d'archivage de leur documentation et une autre pour faire de la formation Drupal.

    FQCCL
    La Fédération Québécois des Centres Communautaires de Loisirs est un regroupement autonome de centres communautaires de loisir qui ont comme mission de favoriser le développement intégral de la personne et la prise en charge des citoyens dans leur communauté locale, par le moyen privilégié du loisir communautaire, de l'action communautaire et de l'éducation populaire.
    LabCMO
    Le Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur (LabCMO) est un espace de recherche et d'expérimentation sociotechnique à l'intersection interdisciplinaire de l'informatique libre et de la communication médiatisée par ordinateur (CMO). Il est situé à l'UQAM et c'est une initiative du Département de Communications.

    Retombées dans le milieu

    Les retombées de Koumbit dans son milieu sont multiples et ont déjà été abordées dans ce document. Notons cependant que la nature internationale (l'internet connaît peu de frontières) de l'organisation et de ses services fait que le sens de "milieu" est plutôt élargi. On peut alors parler du milieu "géographique" (e.g. Montréal), "politique" (e.g. le milieu communautaire et du logiciel libre) ou professionnel (e.g. les entresprises et individus oeuvrant dans le logiciel libre).

    Retombées sur le milieu communautaire

    Koumbit est une entreprise de choix pour le milieu communautaire. En accord avec leurs valeurs, Koumbit peut fournir aux groupes communautaires des solutions à leur mesure et abordables. Il s'agit aussi pour le milieu communautaire de s'affranchir de la dépendance envers les compagnies peu scrupuleuses en conflit avec leurs idéaux et développer une présence en ligne qui leur est propre, à leur image.

    Retombées dans le milieu du logiciel libre

    Par ses contributions aux logiciels libres, autant au niveau du code, de la documentation et des traductions françaises (Drupal, AlternC, MoinMoin, LedgerSMB, Debian, etc.), Koumbit se positionne en force en tant que contributeur à la communauté en prenant soin de retourner à la communauté les améliorations aux logiciels qu'il utilise. Koumbit agit également comme une courroie d'entraînement en stimulant la tenue d'évènement locaux de développement logiciel (Drupal Meetups, Rococo, etc). Finalement, Koumbit peut servir de structure permettant le financement de projets plus larges de développement logiciel que des développeurs seuls, qui sont typiquement les contributeurs de projets logiciel libres.

    Sources de financement

    L'un des Principes fondateurs de Koumbit est l'autosuffisance: nous cherchons à financer nous-mêmes nos projets en dégageant des bénéfices de nos contrats. Cependant, une bonne partie du financement se retrouve à être supportée par les membres travailleurs de Koumbit. La présente section discute des différentes sources de financement mises de l'avant pour réaliser le projet dont le présent plan d'affaires fait l'objet.

    Engagement des travailleurs

    Depuis sa fondation, Koumbit a compté sur l'engagement de ses membres travailleurs, comme principale source de financement. Ceux-ci ont contribué à l'organisme de différentes façons qui se concrétisent généralement en heures de travail payées ou bénévoles.

    Investissement en temps

    Le principal investissement des travailleurs a été de fournir leur temps de façon bénévole, ou encore de fournir une main d'oeuvre spécialisée offerte à Koumbit à un prix souvent bien en deçà de celui du marché.

    Koumbit utilise un logiciel de gestion et de comptabilisation du temps de travail qui permet à chacun de ses membres travailleurs d'inventorier le temps passé sur chaque contrat ou projet interne. Si on compte le temps total passé à travailler pour l'organisme depuis son incorporation en octobre 2004 jusqu'au 1er décembre 2006, on obtient 10 354 heures. Sur ces heures, un total de 107 336 $ a été versé aux travailleurs.

    Les travailleurs continuent à ce jour à donner bénévolement des heures à Koumbit. On peut estimer que les travailleurs donne en moyenne un 15% d'heures supplémentaires à Koumbit. Ces heures sont considérées comme des contributions à la construction d'un environnement de travail autogéré et que les travailleurs s'approprient, mais ne sont pas rémunérées ou reconnues autrement que dans le cadre des critères d'éligibilité. Depuis ses débuts, Koumbit fait un effort afin de diminuer les charges de travail bénévoles et souhaite bientôt cesser de dépendre du bénévolat pour les tâches essentielles.

    Transfert de clientèle

    À ces débuts notamment, certains membres travailleurs ont transféré à l'organisme, la clientèle qu'ils avaient auparavant en tant que travailleurs autonomes. Comme Koumbit se prenait une part de 30% sur les contrats, ceci revenait, pour ces travailleurs, à accepter d'investir cette partie de leur revenu directement dans l'organisme. D'après l'estimation de nos travailleurs, le volume de ces contrats se situerait, au total, entre 40 000 $ et 50 000 $, soit un investissement de 12 000 $ à 15 000 $ pour Koumbit.

    Les outils de travail

    Le site web

    Le site web de Koumbit, koumbit.org est la façade publique de Koumbit. Il est présentement axé sur l'information générale au sujet de Koumbit et fournit des formulaires pour les demandes de services et de support technique pour les membres. Il sert également à animer la vie associative de Koumbit et de ses membres ainsi que la collecte des cotisations des membres et des clients.

    Le site web est avec le Wiki la porte d'entrée pour toute personne interressée à collaborer, travailler ou simplement se renseigner sur Koumbit.

    Le Timetracker

    Le "timetracker" est un des outils les plus utilisé par les personnes travaillant au sein du collectif. Il est utilisé pour faire ses feuilles de temps et est donc source d'information principale sur le temps passé par les travailleurs sur les contrats ou toute activité au sein du groupe.

    Le Request Tracker

    Le "Request Tracker" (RT) nous permet de gérer les demandes des clients et les tâches à faire. Chaque requête est dirigée dans une file qui correspond à un rôle ou une tâche dans l'organisation (Comptabilité, Ventes, mais aussi Support, Info, etc). Tous les travailleurs sont invités à participer à répondre à ces demandes.

    Ledger SMB

    LedgerSMB est le logiciel de comptabilité de Koumbit. Chaque travailleur peut y avoir un compte, ce qui permet à tous de consulter les données financières importantes de l'organisation (état du compte, revenus et dépenses, bilan, etc). Le "Ledger" est également utilisé pour créer les devis et commandes de ventes et constitue donc le "carnet de commande" des travailleurs et permet ainsi de coordonner le flux de ventes et contrats dans l'organisation.

    Comme dans tous ses mécanismes, Koumbit est donc transparent quand à la gestion comptable.

    AlternC

    AlternC est l'outil principal de gestion de l'hébergement chez Koumbit. Il entre dans la catégorie de ce que l'on appelle les "panneaux d'administration" d'hébergement mutualisé. AlternC permet de gérer tous les services à partir d'une interface web conviviale. Il évite surtout l'intervention de l'administrateur et permet à ses utilisateurs d'ajouter eux-mêmes des nouveaux domaines, des adresses courriel, des bases de données, etc.

    Ceci a deux impacts très importants:

    IRC

    Un canal IRC est la métaphore idéale pour refléter une salle de discussions entre plusieurs personnes. Le canal de discussion de Koumbit est l'endroit virtuel de travail où les membres de koumbit peuvent discuter librement entres eux dans des relations "plusieurs à plusieurs", contrairement à la messagerie instantanée qui garde les discussions privées entre deux personnes seulement et renforce le sentiment d'isolation des individus. Un canal commun promeut le partage d'information et le sentiment d'appartenance à la communauté.

    Le Wiki

    On retrouve dans le wiki de Koumbit toute la documentation concernant la gestion interne, les contrats, les procès verbaux des réunions et la documentation technique des administrateurs systèmes. C'est un des outils les plus important de l'organisation, l'outil par défaut quand il n'y a pas d'autre outil pour faire un certain travail. En constante évolution, le wiki comporte maintenant (août 2007) plus de 2000 pages.

    Gobby

    Gobby est un éditeur collaboratif très puissant, il permet d'éditer à plusieurs un document en temps réel, de façon confidentielle, car la communication entre les usagers est encryptée. Les sessions peuvent être protégées par des mots de passe.

    Gobby a tout d'abord été utilisé chez Koumbit pour décentraliser le rôle de secrétariat lors des réunions: puisque plusieurs personnes peuvent éditer le procès verbal à la fois, personne n'est pas restreint à un rôle administratif et tout le monde peut participer à la réunion équitablement. Le logiciel est également utilisé pour élaborer et corriger des documents de manière collaborative et à distance. Ce document a d'ailleurs été conçu, assemblé et corrigé dans Gobby.

    1. Peter Galli, « Ballmer Sees Google, Open Source as Strongest Competitors », eWeek.com (11 mai 2006). En ligne: http://eweek.com/article2/0,1759,1961078,00.asp. (1)

    2. http://tacticaltech.org (2)

    PlanDaffaireBrochure (last edited 2020-01-13 10:46:38 by esther)